Esthétique, Psychologie, Phénoménologie (EPP)

Penser la couleur peut être un problème philosophique, fondamentalement articulé à des problématiques relevées par différentes approches connexes à la philosophie : phénoménologique, psychologique, esthétique notamment. Cet axe interroge l’écho des tentatives de cette pensée sur notre compréhension contemporaine du monde. Il comprend : la rubrique Couleurs et philosophie (édito de B. Lafargue ; édito de J-J. Wunenberger) ; la rubrique Cinéma (édito de G. Pelé) ; la rubrique Couleurs d’artistes …

Éditos

  • Les couleurs oubliées des écrans
    Nous vivons, au travers de nos écrans, un « modèle réduit » du monde. Pour prendre un exemple concret, on peut évoquer la couleur pourpre, ce mélange de rouge et de bleu qu’on ne trouve pas dans l’arc-en-ciel, qui peut cependant être simulé sur un écran vidéo, mais qui n’exprime véritablement ses qualités que sur un support teinté de divers composés naturels ou synthétiques.
  • Philosopher en couleurs
    Dans les années soixante, les idoles bariolées du Pop Art transforment les sublimes monochromes de l’art abstrait en nuées polychromes malicieusement kitsch, comme pour servir de toile de fond au crépuscule des « Grands Récits ». Après le règne du visage blanc, qui trouve son alpha dans la Véronique d’un Christ ...

Articles

Le colorique et la poétique des couleurs chez Empédocle

L’approche physique est aujourd’hui prégnante sur la métrique, les standards et les conceptions de la couleur ; en ce sens considérer sa relation à la matière pourrait être assimilé à un archaïsme, à un avatar des antiques couleurs envisagées en tant que matière du monde. Père de la théorie des effluves et de celle des quatre éléments, le présocratique matérialiste Empédocle d’Agrigente en serait l’une des figures.

Le Gris

Sous son apparence festivalière bariolée, « stone », le monde contemporain est gris. Le gris est la couleur que prend le monde à la fin de l’histoire. Celle-ci s’achève le 14 octobre 1806 à Iéna, avec la victoire de Napoléon, dans laquelle Hegel reconnaît l’épiphanie de Dieu, qui fait rayonner le principe fondamental de la Révolution française, selon lequel tous les hommes naissent libres et égaux en droits.

Shopping Basket